• Ou est passé cette ardeur 

    Je n ai vraiment plus le cœur 

    Je suis tellement fatiguée 

    Les matins semblent sans fin 

    Je n'arrive plus à me lever 

    Pour préparer un pt déjeuner 

    Je vois un tunel sans fin 

    Ou un gouffre sans moindre lueur

    Je me soucis pour mes enfants

    Qu'ils aient une mére comme moi

    Aussi dégradée par le temps

    Mais je suis vraiment trop lasse

    Je me sent déperrir 

    Et lentement mourir 

    Je suis a bout de vraiment tout 

    J'espérais encore un droit au bonheur

    Une autre petite chance pour un peu de calme

    Les plaisirs d'une mamie avant de partir 

    Mais je ne vie que de souffrance

    De plus en plus a chaque jour 

    Sans que le temps n'aténu rien

    Je n ai plus cette force 

    Qui fait bomber le torce 

    Je n'ai qu'une haine à mon encontre

    Qui fait sa propre loi 

    Je ne parle plus je m'enlise

    En oubliant entièrement ce refrain

    Qui me donnait de la force et du courage

    A quoi me sert il de vivre 

    Dans cet immense désert qui m'entoure

    Vivant comme un zombi ou comme un automate

    De cette douleur au fond de moi,

    Personne ne se doute de rien

    Des nuits seule dans mes draps

    Avec ces cris que j'étouffe à chaque fois

    Des jours seule sous un toît

    Provisoire à chaque fois et qui n'est pas moi

    Je marche seule dans les rues

    Sans personne qui m'accompagne

    Sans aucun but et sans joie

    Chutt ! Je n'ai rien droit de dire 

    De cette souffrence qui vie en moi

    Personne n’est là, à mes cotés

    Pour parler, rire ou pleurer

    Et cette solitude qui ne cesse de me coller

    Envahissante inlassable et fidèle

    Avec cette voix qui murmure

     

    Je suis seule, je me perd  

    Allongée sur mon lit, épuisée

    J’ais les idées brouillées, tout devient confus

    Je m’accroche à mon oreiller

    Je voudrais dormir, me reposer

    Me reposer et dormirFatiguée

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Avec un jour d'avance, je me souhaite un bon, un très bon,

    un merveilleux et extraordinaire anniversaire.

    Quel ironie pas vrai !  hypocrisie de formule sans queue ni tête.

    Recevoir des messages, textos, mail pour souhaiter un bon anniversaire

    à une personne au bord du précipice. Que répondre ?

    "merci trés gentil d'y avoir pensé ! " 

    Et aprés ?! ça change quoi mis à part une autre année de plus sur les épaules.

    Merde, merde à toutes ces fêtes qui ne font que nous mettre

    devant la réalité de cette lourde solitude.

    Aujourd'hui je ne sais pas, je ne sais plus, je n'y arrive plus.

    Les seules solutions qui s'imposent à moi, sont des solutions pour qui,

    je vais opter à contre coeur et sans aucune  conviction. 

    Ce petit AVC ne m'a pas emporté. Mais combien d'épreuves dois je

    encore et encore subir ?!

    Je me sent au fond d'un gouffre et rien à quoi m'agripper pour pouvoir en sortir.

    A quoi rime tout ce micmac. Je suis déjà si loin ... 

    Suis fatiguée, fatiguée, lasse trop lasse

    J'aimerai pouvoir dormir, d'un sommeil profond.... me réveiller un matin....

    et réaliser....

    Que tout n'était qu'un cauchemar. 

    Marionnettiste stp....toi qui tire les ficelles...... fait que ce soit ainsi

    Cesse de jouer avec nos vies

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • La solitude est le refuge de la souffrance

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Rien ne réussi à sortir.

    Tout ce que je peux dire

    c'est que je vois, chaque jour, ma vie défiler.

    Tous les détails sont bien là

    J'ai envie de vomir ma vie voilà ce  que je me dis sans cesse.

    Je voudrais vomir ma vie.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bon anniversaire à mon fils ...32 ans et papa d'un bout de chou

    Comme le temps a passé ..........

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Un seul être nous manque et tout est dépeuplé 

    (imaginez quand il y a plusieurs êtres qui manquent!)

    La tristesse vient de la solitude du cœur (Montesquieu)

    La solitude c'est quoi?! (j'ai pioché sur le net ce qui pour moi y ressemble)

    La mauvaise solitude  est source d'ennui,

    d'insatisfaction voire d'anxiété,

    et s'accompagne d'un sentiment d'isolement.

    On la reconnaît à un besoin parfois compulsif de créer du lien

    souvent de façon superficielle pour combler ce vide.

    Autant de fragilités vécues comme des "mises à côtés".

    D'un point de vue social idem...

    Certains affichent un sourire réjoui

    masquant une humeur bien sombre.

    Reste que demander un service comme du soutien

    n'est souvent pas si simple...   

    Le climat social n'est pas au beau fixe certes,

    d'autant plus que nous préférons nous enfermer

    dans un journal,

    entre deux oreillettes du baladeur numérique,

    ou rester rivé à notre mobile à papoter

    (le plus souvent pour ne rien dire)

    ou envoyer des sms.

    "En lien avec des gens qui sont loin,

    et coupés de ceux qui sont proches",

     Il ne s'agit pas tant de lâcher une invitation à souper

    à son voisin de banquette,

    mais bien de laisser un espace ouvert

    pour un échange convivial sans forcément

    de grandes implications.

     

    Manque

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  C’est un peu comme être perdu au milieu de nulle part

    Là où seule l’amertume laisse des traces

    Et où le bonheur semble même ne jamais avoir existé 

    L’envie de rien, le manque de tout

    La sensation désagréable de perdre le sens de son existence

    Losqu'on se sent mal

    La solitude est notre seule amie

          A Bientôt petit frére

    Ta destinée ne t'a jamais fait de cadeau

    A bientôt petit frére

    Je t'aimais et t'aimerais toujours

    Je souffre j'ai le coeur trop lourd

    Je vie tes derniers instants

    A la dernière seconde, as tu regretté ce geste ?!

    Lorsqu'il etait trop tard ?!

    Je te vois seul avec cette pensée

    Tu ne voulais pas partir

    Mais juste changer de vie

    A bientôt petit frére

    On se retrouvera

    J'ai mal

    JTM

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Saint Robert

    Né à Troyes vers 10291, Robert était le cadet d'une riche famille noble de Champagne. Il commença son noviciat à 15 ans à l'abbaye bénédictine de Moûtiers-la-Celle (ou Saint-Pierre-la-Celle, ou encore Montier-la-Celle), dans le diocèse de Troyes, dont il devint ensuite prieur. Vers 1068, il est appelé par les moines de l'abbaye de Saint-Michel-de-Tonnerre dans le diocèse de Langres enBourgogne pour être leur abbé. Fatigué des intrigues des moines, très hostiles à l'application exigeante de la règle bénédictine et constatant l'impossibilité d'introduire des réformes, il aspire vite à quitter sa charge. En 1073 il est prieur de Saint-Ayoul-de-Provins, dépendant de Moûtier-la-Celle. Il n'y passe que quelques mois. Le pape Alexandre II lui ordonne d'aller gouverner les ermites qui s'étaient joints à Albéric et retirés en quête de solitude, dans la forêt de Collan (ou Colan) près de Tonnerre.

     

    Bonne fête ROBERT....Bonne fête ROBERT....

    Vive Robert



    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Joyeuses Pâques

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Besoin de déverser ces larmes refoulées

    Celles qui à force de les retenir

    Me laminent et m'assassinent  

    Besoin d'avouer que mon coeur est asséché

    Salement abîmé par toutes ces tortures

    Qui m'empoisonnent et m'emprisonnent

    Besoin de  dire qu'il y a bien pire

    Que de ne pas croire en son avenir

    Besoin de hurler ce mal qui me dévore 

    Et exprime aussi mes torts

    Besoin de partager mes douleurs et souffrances,

    Et toutes mes années d'errances

    Besoin de croire en cette lueur d'espoir

    Celle où se dessine cette envie 

    D'aimer et d'être aimée

    Besoin de dire que je vais réagir

    Et ne plus rester a me regarder périr

    Besoin de dire et de crier

    Cette envie de me sentir exister

    Besoin de vous de toi et toi

    Pour me sentir vivre

    Besoin

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Ma très chére soeur
    Zio Aurélio est venu te rejoindre dans la nuit du 17. Tu as du l'accueillir avec nos autres êtres chers qui ont quittés ce monde. Comme toi, il a trouvé la paix éternelle
    C'est aussi aujourd'hui l'anniversaire de ton départ, la nuit du 19 novembre.  
    Je n'ai pas de mot pour décrire ma peine mais j'essaie de me consoler en me disant que vous avez cessé de souffrir
    Malgré tout,
    C'est plus fort que moi morsque je ccommence à me sentir bien
    La culpabilité me prend
    Chaque bonnes choses qui viennent à moi, je finis par les rejeter
    Car la culpabilté me prend
    Un paysage que j'admire ! un repas que je déguste !
    une odeur que je réspire !
    La cupabilté me prend
    J'aimerais tant que tu sois là, toi ma soeur que j'aime tant
    Non ! je n'ai pas oublié le 13 Juin 1948 ta date de naissance
    Ce 13 Juin je n'arrivait pas à t'écrire quoi que ce soit
    Non ! Jamais je n'oublierais, que la vie, tu aimais tant
    Tu t'es battu de toutes tes forces durant 4 années mais ta souffrance était si grande que les derniers mois la maladie a eu raison de toi
    Avec courage et desespoir jusqu'au bout tu avais cru pourtant
    Dans mon coeur tu vis encore, ta douceur et ton sourire me sont présent, et pour toujours.
    J'entend souvent ta douce voix lorsque tu t'adressait à moi
    Lorsque aprés ta dernière opération, craignant de te réveiller de l'annesthésie avec plus aucun souvenir, tu m'avait demandé d'être présente pour ton réveil et lorsque tu m'a vu, tes yeux s'étaient illuminés de joie en me voyant. Tu m'avais crié "_ Ofélia, je te reconnait, je suis heureuse que tu sois la première que je vois auprès de moi" Oui, j'étais trop émue d'avoir vu ton éclat de joie. 
    De la haut je ne doute pas que tu veilles encore sur moi,
    je sais que tu es là pour me rappeler qu'il faut avancer
    Mais, tu sais combien tu me manque !
    Je t'aime ma très chère soeur pour toujours dans mon coeur
    Je t'aime zio Aurélio pardonne moi de ne pas avoir été aussi présente  que dans le passé je sais que tu peux me comprendre.
    Mes chers disparus, je vous ai pour toujours dans mon coeur
    Je vous aime 
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Mon Père que j'ai tant..... rêvé 

    Tout ce que je sais de toi, C’est ce que l’on m’a raconté. Si, pourtant, une seule image gravée en moi…

    J’avais à peine 5 ans, et cette vision de toi très souvent arrivait à moi. J’entrais dans cette chambre blanche d'hopital, te trouvant là, assis , au bord de ton lit, tu me semblais si las, si triste et malheureux J’avais ressenti ça, malgré mon tout jeune âge… Timidement, Je m’avançais vers toi. Tes yeux d’un bleu si bleu, s’illuminant de joie, quand ils se posèrent sur moi. Avec un grand sourire, tu m’as tendu tes bras. J’étais si heureuse de te revoir enfin, de pouvoir me blottir contre toi. Avant de venir te voir, maman m’avait donné un franc, Et ma seule idée, c'était le dépenser pour toi, . Je t’ai tendu le petit sachet rempli de bonbons que je t‘avais acheté. Tu m’a montré ta joie d’avoir eu ce présent, et j‘en était si fière d‘avoir pu te plaire. Depuis ce seul moment, je n’ai plus rien eu de toi. Depuis ce seul moment, je n’ai fait que rêver, désirer et espérer. j’ai même, bien souvent envié ceux qui n’était pas avec mon manque à moi. Durant des années et années je me suis imaginée, Que tu me reviendrait. Il n’est resté qu’un immense regret, De n'avoir plus jamais pu, Prononcer... le mot PAPA … 

    O.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Il me semble avoir déjà vécu cet état 
    ou je me trouve actuellement...
    Faire semblant, je sais faire, rire sourire aussi tout,
    tout pour bien paraître
    oui, je connais bien le rôle mais,
    lorsque je me retrouve seule,
    que je me retrouve seule face à moi même là,....
    c'est une grande détresse et un profond désespoir.
    J'ai peur pour moi


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • SOLITUDE

    Longtemps je suis restée muette

    Et, la solitude dans ses bras m’a accueilli

    Dans l’obscurité elle m’a confiné

    Me privant de toute la lumière

    M’écartant de ceux que j’aime

    Et avec la douleur de mes chers disparus,

    Elle a bien voulu me laisser

    Accueil

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Accueil

    Regard qui te trouble !

    Partager la même passion !

    Cultiver le même rêve !

    Deux sourires !

    La route vers la liberté

    Un pas vers le bonheur

    La même étoile qui nous guide

    Le soleil qui nous chauffe

    Un horizon accessible

    Confiance et sincérité

    Attendre sans crainte

    Complicité

    Recevoir et donner

    Donner ….Yo.

     

     

    http://data0.doremiblog.com/opheretour/mod_article3795371_1.jpg

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  L’amitié
    Il ne faut pas que celà reste de simples mots
    L’amitié est proche du mot amour
    Ça se doit d'être fidéle, loyale, sincère et sereineL'amitié
    Et comme l'amour ça doit donner des ailes
    Ça peut durer une vie,  unir un temps infini
    L’amitié peut soigner des maux et soulager des peines
    Partager des passions des émotions et des envies
    Mais aussi les soucis...
    Si un jour t'es en detresse, ne m'évite pas 
    Vient te blottir contre moi
     Yolly
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Ces moments où tout semble noir,
    Ces moments où
    On est dégouté de tout, le coeur se détache
    Plus rien ne peux plus nous atteindre
    Vide de sensation, de tendresse et d'ivresse

    Ces moments ou on se sent envahi d'un néant
    Notre corps affaiblie manquant d'oxigéne
    On ne rêve même plus ni d'amour ni de joie
    A des bras rassurant tous pleins de douceur 

    Ces moments ou on se noie dans le brouillard
    Sans échappatoire ni espoir
    Incapable de rien on tombe dans le coma  
    Sans aucun secours ni d'épaules apaisantes

    Ces moments ou aucune onde n'est perçu
    Sans plus de courage la vie qui s'enfuit
    Et dans ce coeur vaincu par la souffrance
    On ne sent même plus le poignard brûlant
                Qui transperce notre âme
                             Yoly
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires